Go to Top

Environment

En 2003 lorsque nous avons cogné à la porte de Jacques Chassé P.D.G. d’Esquif, nous étions 6 jeunes hommes entre 25 et 35 ans, sans expérience tangible. Nous venions afin d’offrir à la compagnie québécoise un partenariat dans une cause qui nous tient tous à cœur ; la conservation des rivières sauvages.

Jacques aurait très bien pu refuser cette démarche, des jeunes hommes qui arrivent à la porte de son entreprise afin d’établir un partenariat, ce n’est pas chose très rare. C’est un peu ce dont nous nous sommes rendu compte. Plusieurs autres entreprises étaient bien réticentes à nous donner un coup de main, ayant été un peu trop lésées dans le passé.

Esquif a cru en la cause et au projet et on participer à la réalisation de ce projet. Un projet d’envergure séparé en trois étapes ;

  • L’expédition Descente de la rivière Depas et la majestueuse rivière George de Schefferville à la baie d’Ungava. Une expédition de plus de 600Km, avec du bagage à revendre et trois bons Canyons. Des canots qui nous ont certainement aidés à surmonter les épreuves de ce voyage.
  • La réalisation du film documentaire « Laisser couler le Nord ». Plus d’un an s’est ensuite écoulé entre le retour de l’expédition et la sortie du film en janvier 2006. Vous comprenez maintenant combien d’entreprises perdent le contrôle à cette étape-ci.
  • Sortie du documentaire et tournée de conférence dans les places publiques et les écoles

Laisser couler le Nord a ensuite tourner dans les écoles, places publiques et festivals, afin de sensibiliser les gens à l’efficacité énergétique et la conservation des rivières sauvages.Grâce au l’aide et à la confiance installée par des entreprises comme ESQUIF des organisations qui ne bénéficient pas de budget extraordinaire peuvent réaliser de projet extraordinaire.

Aujourd’hui avec un recul, je me dis que les canots ont été une source de réussite dans le projet de l’Odyssée Ungava. On devait terminer l’expédition sans trop d’embûches sans quoi le film n’aurait jamais été réalisé. Lorsque des gens me demande en conférence qu’elle est notre opinion face à nos canots, je leur dis que chacun de nous avons misé sur eu dans un moment ou un autre durant l’expédition.

Des projets sont dans l’air pour une autre expédition d’envergure et je ne suis pas gêné de vous dire que nous partirons avec des canots Esquif.

David Gilbert